30/09/2009

FORUM: Tout savoir (ou presque) sur le NCT

Tout au long du mois de septembre, venez poser vos questions sur le "Nouveau Chapitre de la Thèse" (NCT), un outil d'accompagnement qui aide les doctorants en fin de thèse à mieux valoriser leurs compétences.

Danielle Haug qui coordonne cette formation à l'université de Strasbourg, Barbara Filler et Sophie Bellec, consultantes qui accompagnent individuellement des doctorants ("mentors") répondent à vos questions.

Si vous ne connaissez pas du tout cet outil, lisez ces articles parus dans Docteurs&Co n°23 : Qui a fait un NCT ?, Qu'en pensent les docteurs ?, Un NCT pour changer de voie (témoignage de Séverine Jacquet).

Le forum est désormais fermé. It's closed now.

34 commentaires:

Jonathan Petit a dit…

Bonjour,

Allez, je me lance dans les questions:

1. Quelle est la procédure à suivre pour accéder à la formation NCT ?
2. Comment sont sélectionner les candidats ?
3. Faut il un accord du directeur de thèse ?
4. Combien de temps prend la formation ?
5. La formation est elle réservée aux doctorants souhaitant aller dans le privé ?
6. Comment est perçu ce chapitre par les rapporteurs ?

Merci.

A-Leila Meistertzheim a dit…

Salut,
je pense pourvoir répondre à certaines de ces questions puisque j'ai réalisé le NCT de ma thèse.
1. Pour la procédure, il s'agit de faire une demande d'inscription avec une petite lettre de motivation si mes souvenirs sont bons.
2. Je pense que les candidats sont sélectionnés justement sur cette motivation
3. Ma chef n'était pas très motivée quand je lui ai demandé mais il s'agit d'une réflexion sur soi-même, donc... à chacun de prendre sa décision.
4. La formation dure 3 ou 4 jours pleins en comptant les présentations, mais il faut également compter le temps consacré au montage et à la rédaction du NCT (en tout compter entre 1 à 2 semaines pour moi).
5. J'ai fait ce chapitre mais je souhaite rester dans le public. C'est tout aussi utile car le travail d'un chercheur est surtout de monter des dossiers de Recherche et donc de connaitre les tenants et les aboutissants d'un projet, les enjeux économiques, les budgets, le calendrier, les collaborations...
6. Sur mes 3 rapporteurs, 2 ont trouvé ce chapitre intéressant et le dernier a même écrit dans son rapport de soutenance de thèse: "En réalisant le NCT, la doctorante a donc réalisé un travail supplémentaire conseillé mais non obligatoire. Elle a ainsi montré qu’elle est attentive à l’environnement de la recherche, environnement proche de l’université qui l’a hébergée et l'environnement socioéconomique de manière plus générale."
J'espère que ces remarques aideront!

Magali a dit…

Bonjour,
Je vais essayer de répondre un peu à vos questions.
En ce qui concerne la procédure je pense que vous aurez les infos qu'il vous faut sur le site de l'ABG avec les liens:
http://www.abg.asso.fr/display.php?id=4468&mz=2

et

http://www.abg.asso.fr/display.php?id=4474

La sélection des candidats se fait par le ministère après avoir rempli le dossier de candidature, mais c'est rare qu'il soit refusé.

Le dossier de candidature doit être signé par le directeur de thèse.

La formation n'est pas très longue. Il y a quelques jours avec des réunions avec un mentor et ensuite c'est du travail personnel.

D'après ce que je me souviens la formation n'est pas réservée aux doctorants voulant aller dans le privé, ca permet de faire le point sur ce que tu souhaites faire.

Pour ma part je n'ai pas mis le chapitre de NCT dans mon manuscrit de thèse, je ne pense pas que cela soit obligatoire, c'est surtout pour faire le point. je ne peux donc pas dire ce que pensent les rapporteurs du NCT.

J'espère que j'ai pu vous donner un peu d'infos pratiques.

Cordialement,

Magali

Anonyme a dit…

Merci A-Leila pour ton témoignage.
J’ai réalisé mon NCT récemment, je n’ai pas encore soutenu ma thèse. J’ai hésité de le mettre à mes rapporteurs.
Un de mes encadrant et mon directeur de thèse n’étaient pas très pour quand j’ai demandé à faire cette formation. Mais finalement, ils ont bien aimé ce document. Je pense que ça veut le coût de le faire, ce bilan de compétences n’est pas seulement pour la recherche d’emplois, c’est aussi pour soi même.

Bonne journée à tous,

Julien a dit…

Bonjour,

J'ai aussi réalisé mon NCT durant ma dernière année de thèse.

Pour être honnête, je pense que le fait d'avoir réalisé le NCT a été l'élément clé qui m'a permis de trouver du travail (et exactement ce que je recherchais, CDI à l'étranger). Je le conseillerais à tous les doctorants, ceux qui veulent aller dans l'entreprise mais aussi ceux qui souhaitent rester dans le public.

Alors oui, il faut l'accord du directeur de thèse mais j'ai du négocier dur pour que ma directrice de thèse accepte. Le NCT est un travail personnel, qui n'est pas sur ta thèse mais sur ton après-thèse donc c'est au doctorant de choisir s'il peut investir du temps sur le NCT. Je pense que si un doctorant veut faire le NCT, il doit préparer le dossier et seulement ensuite demander l'accord de son directeur de thèse.

En gros le NCT, c'est 3 demi journées avec le mentor puis 1 jour de rédaction. Le reste, c'est un travail sur soi-même en se posant les bonnes questions et surtout en y trouvant les bonnes réponses.

Je n'ai pas inséré mmon NCT dans ma thèse car comme je l'ai dit plus haut, ce n'est pas un résultat de thèse mais c'est une réflexion personnel sur ta thèse qui t'amène à une conclusion sur ton après-thèse et ton avenir.
Et je ne l'ai pas fait lire ni donner à ma directrice de thèse en partant. C'était un projet personnel sur ce que j'ai été capable ou non de faire durant ma thèse et donc à part mon mentor, je serais le seul à l'avoir.

Pour conlure, toutes les personnes avec lesquels j'ai discuté ont trouvé le NCT très enrichissant et je le conseillerais donc à tout le monde.
En plus, cela permet aussi de s'évader de la routine et de penser à des choses plus intéressantes et plus importantes que son projet de thèse.
Bonne chance à ceux qui prendront le NCT cette année en espérant que vous soyez nombreux pour que cet outil ne disparaisse pas.

Julien

Jamila a dit…

Salut,
Beaucoup de précisions sur la démarche pour pouvoir bénéficier de la formation ont déjà été données.
Pour ma part, je conseille fortement cette formation surtout pour les doctorants qui se destinent à une recherche dans le privé. Effectivement, il s'agit réellement d'un complément de la thèse et en ça, cette formation nous force à prendre du recul sur notre période doctorale et à l'envisager autrement que purement en termes scientifiques. Maintenant, il faut savoir qu'en fonction du mentor qui te sera attribué, ce sera plus ou moins une bonne expérience. Un autre point, ça demande une implication et une charge de travail qui va au-delà de ce qui est annoncé. La formation s'étale sur trois mois mais il n'y a que 4 meeting à proprement dits. Pour le reste, c'est du travail perso mais qui demande du temps (il faut bien compter 2 semaines pleines).
Le NCT est une espèce de rapport/compte-rendu sur la thèse qui développe 4 axes principaux: 1-le projet dans son contexte, 2- la gestion et le coût du projet, 3- les compétences acquises et enfin 4- l'impact de ton travail.
Pour ce qui est du ressenti vis-à-vis de ce chapitre, je crois qu'il ne peut qu'être positif. Si tu sens l'envie de réaliser cette formation, montre toi convaincant auprès de ton directeur de thèse (sa signature est demandée). Les formations coûtent cher (indemnités versées aux mentors) donc le nombre de places est limité et un engagement jusqu'à terme est demandé.
Voilà, et honnêtement, ça fait une coupure avec le labo, et on voit des personnes qui n'ont rien à voir avec l'environnement du labo et qui s'intéressent à toi en tant que personne et non pas en tant qu'étudiant d'un(e) tel(le).
En ce qui me concerne, ça m'a été très positif et j'en ai vu les retombées immédiatement (je me destine au privé... et j'ai un pieds dedans aujourd'hui).
A faire!!

Evelyne Jardin a dit…

Merci beaucoup pour tous vos témoignages très positifs déposés si vite sur ce blog. N'hésitez pas à être critique si vous avez été déçu par le NCT. Vous pouvez aussi signaler d'autres formations que vous avez suivi et qui vous en ont utiles pour valoriser vos compétences de docteur.
Dr E. Jardin, animatrice du blog

NB pour publier vos commentaires, sans adresse gmail, cliquez sur le dernier onglet "Anonyme" puis cliquez sur "publier commentaire". C'est tout !

Anonyme a dit…

Salut à tous !
Un petit témoignage d'un jeune NCTien.

Le NCT permet de sortir la tête de la boue asphyxiante qu'est la thèse (surtout en dernière année).

Il permet d'ouvrir de nouvelles portes aux docteurs. Et visiblement les directeurs de thèse ne connaissent, pour la plus part, que la voie académique... pas mal embouteillée ces temps-ci.

Cela permet aussi d'ouvrir son esprit (ce n'est pas génial pour un docteur ça ??). Et c'est déroutant, de recevoir des fleurs en thèse :).

Le plus étrange a été pour moi la réaction des autres thésards qui trouvaient ça inutile de s'intéresser aux compétences que l'on a pu acquérir en thèse (autres que scientifique)...!?

Au final, on découvre qu'il existe tout plein de poste qui nous sont accessibles (et qu'on nous cache :D)

Donc Si tu veux sentir que tu as évolué et appris tout plein de choses géniales, il faut passer dans la case "compétences conscientes" (c.f. ce blog). C'est à ça que sert le NCT.

Anonyme a dit…

Bonjour à vous tous et merci pour les commentaires intéressants sur le travail du Nouveau Chapitre de la Thèse.
J'aimerais ajouter quelques précisions en tant que mentor de l'ABG depuis plusieurs années.
1/ la question sur la sélection a déjà été largement répondu. Oui le directeur de thèse doit valider la démarche, souvent le doctorant arrive à trouver les arguments s'il est convaincu lui-même
2/ Le NCT est ouvert aux personnes souhaitant travailler dans le secteur public bien sûr. Souvent le mentor amène le doctorant à s'ouvrir sur le secteur privé alors que ce n'était pas forcément le cas au départ.
3/ ensuite oui au même titre qu'un bilan de compétence, le Nouveau Chapitre de la Thèse demande du travail personnel (je pense qu'une évaluation de 2 semaines est juste) avec des retours sur investissement qui sont visibles rapidement soit : savoir parler de façon positive, claire et concise de sa thèse avec ses particularités, un projet professionnel clarifié et cohérent basé sur une réflexion approfondie sur ses priorités de vie et ses valeurs, l'identification précise de compétences transférables soit dans le secteur privé ou public et appuyés sur des réalisations concrètes (donc indiscutables en entretien de recrutement)et des arguments solides pour défendre son projet quand on se retrouve en compétition avec des candidats d'autres profils. Bref, on sait quoi chercher où, pourquoi et comment.

Enfin par rapport au feed-back des rapporteurs : le doctorant choisit de communiquer (ou pas) sur ce sujet et la façon de communiquer. C'est avant tout une démarche avec un objectif personnel c'est-à-dire réussir son insertion professionnelle. Ce sujet est souvent abordé lors de l'accompagnement avec le mentor.

N'hésitez pas à poser d'autres questions ou à réagir par rapport à tout ce qui est dit sur ce forum.

B. Filler, mentor de l'ABG

Jonathan Petit a dit…

Merci à tous d'avoir répondu si rapidement à toutes mes questions.

Deux petites dernières pour la route.
7. Quand faut il faire cette formation ? En 3e année ou bien durant la "réelle" dernière année (durant la rédaction) ?
8. Les frais de la formation sont pris en charge par l'école doctorale ou bien l'équipe ?

Merci encore !

Anonyme a dit…

Le but c'est d'avoir préparé sérieusement la phase de recherche d'emploi à l'issue de la soutenance. S'y prendre une année avant la soutenance me paraît bien, ceci dit certains doctorants m'ont dit qu'il était difficile de concilier rédaction du mémoire de thèse et rédaction du document NCT.

Les frais de formation sont pris en charge par l'école doctorale.

n'hésitez pas si d'autres questions surgissent.

B. Filler, mentor ABG

Anonyme a dit…

bonjour,

personnellement, j'ai été emballé par la formation proposée par le NCT. C'est plaisant de se retrouver avec d'autres docteurs ouverts sur autre chose que la carrière académique (même, si, finalement, certains ont maintenant des postes dans le public). Les formateurs offrent une vision plus positive de la thèse. La rédaction m'a permis de prendre du recul sur mon travail et cela m'a aidé pour la conception de mon CV.
Le travail a fournir n'est pas long mais il demande de s'y coller durant une bonne demi-journée de réflexion. Pour la rédaction, cela dépend de chacun.
Concernant la motivation du labo, on m'a laissé y aller mais j'avais droit régulièrement aux sarcasmes (comme lorsque je participait aux cours de l'école doctorale d'ailleurs...). je n'ai pas inséré le NCT dans ma thèse car le bilan relationnel n'était pas très positif et je ne voulais pas jeter de l'huile sur le feu (personne n'a lu le document au labo). Aujourd'hui je suis à la recherche d'un emploi, plutôt dans le privé. A posteriori, c'est la déception qui ressort. L'étiquette "académique" me colle à la peau et je n'ai pas réussi à faire reconnaître mes qualités autres. Il faut dire que la période ne s'y prête pas tellement...
En conclusion, je recommande de faire le NCT. Je conseille seulement de ne pas trop en attendre ou d'y aller avec un projet déjà un peu bâti.

Bon courage à tous...

Anonyme a dit…

Je lis que 384 doctorants en fin de thèse ont bénéficié d'un NCT l'année dernière. Et tous les autres, qu'est-ce que l'on fait pour eux ?

Anonyme a dit…

Bonjour à tous! Que des commentaires positifs qui font bien plaisir à l'organisatrice locale que je suis et renvoient aux arguments favorables que je reçois des doctorants ayant participé au NCT dans mon université:
1.prendre du recul, sortir de son laboratoire
2. analyser ses compétences tant scientifiques que transversales, mieux se connaître
3. partager cette expérience avec les autres membres du groupe et bénéficier de ces échanges
4. Etre accompagné, soutenu dans cette démarche
5.Se sentir plus sûr de soi, être plus confiant pour aborder sa recherche d'emploi.
Oui, le NCT est une démarche très personnelle. On en parle à son directeur de thèse, si on le souhaite. Mais tant mieux si le doctorant en a envie!
Concernant la durée de l'exercice, les retours que j'ai sont assez variables. Lors d'une séance de bilan, l'un des doctorants disait que le temps à consacrer dépend "d'où on part au moment où démarre la réflexion". Cela me conduit à dire que même si le NCT qui est une forme de bilan de compétences s'adresse plutôt aux doctorants en toute fin de thèse, il ne faut pas attendre pour commencer à analyser son expérience doctorale et préciser son projet professionnel, quel qu'il soit, d'ailleurs.J'ai eu des témoignages très positifs de la part de doctorants qui se sont sentis confortés par le NCT dans leur projet de carrière académique.
Enfin, pour essayer de répondre au commentaire "Et tous les autres, qu'est-ce que l'on fait pour eux ?" Cela dépend des universités. Dans l'établissement dans lequel je travaille, d'autres activités sont proposées:doctoriales, ateliers de recherche d'emploi, modules de connaissance de l'entreprise.... Le NCT a été mis en place il y a 5 ans (une quarantaine de participants chaque année)par le service d'orientation et d'emploi avec l'appui de la présidence et des directeurs des ED.L'accompagnement des docteurs dans leur insertion professionnelle repose sur une volonté politique et donc sur la mise à disposition de moyens.
J'ai aussi relevé une remarque indiquant que "l'expérience est plus ou moins bonne selon le mentor". Cela ne devrait pas, car un cahier des charges très précis garantit la qualité de l'exercice. Cela étant, le NCT implique deux personnes: le mentor et le doctorant et la qualité de l'échange tient à chacun d'eux. Mais c'est là aussi une des missions de l'organisateur local que de veiller à ce que le NCT se déroule bien. Lors de la première rencontre du mentor avec le petit groupe de doctorants qui est lui confié, je rappelle que je suis à la disposition de tous pour intervenir en cas de besoin.
Merci encore pour vos commentaires et pour ceux d'entre vous qui ont participé au NCT, n'hésitez pas à nous faire part de vos suggestions!
Danielle Haug, organisatrice locale du NCT

Anonyme a dit…

Est-ce que ce sont les doctorants qui en ont le plus besoin qui en bénéficient ? Ou est-ce une "prime" supplémentaire aux premiers de la classe (je pense à ceux qui ont des financements de thèse) ?

Anonyme a dit…

Un ancien NCT dit que l'on nous cache des postes. Quoi plus précisément ? Quelles sont les pistes professionnelles qui sortent à la fin du NCT ? Je fais une thèse en biologie en ce moment et je me pose des questions sur mon avenir.

Evelyne Jardin a dit…

Ce serait bien si des docteurs insérés qui ont fait le NCT venaient nous dire précisément quelles pistes professionnelles le NCT leur a ouvert. Est-ce que cet exercice a confirmé la carrière académique ? Est-ce que cela les a fait basculer dans le privé et si oui, où et comment ? Merci.
Dr Evelyne Jardin, animatrice du blog

Anonyme a dit…

J'aimerais intervenir sur 3 commentaires parmi tout ce que j'ai pu lire:

1/ oui argumenter contre le jugement quelques fois négatif du recruteur face à "l'étiquette académique" peut être difficile. Voici mes conseils: questionnez bien ce que la personne se représente sous ce jugement par des questions du type : quels sont les éléments qui pourraient vous faire hésiter à recruter un profil académique plutôt que quelqu'un qui vient du secteur privé ? Et argumentez par rapport aux points dégagés dans votre NCT. Ex : le fait d'avoir le sens du résultat, d'être concret,le sens de l'intiative etc. Et ensuite : et quels pourraient être à votre avis les atouts d'un profil académique ?
Il est plus facile de répondre à une objection quand on sait ce qu'elle cache. Argumentez avec des PREUVES concrètes (des résultats atteints lors de votre thèse qui ne sont pas que scientifiques mais aussi par ex la création de partenariats, la prise d'initiatives diverses, la résolution de difficultés logistiques etc).

2/ Pouvez-vous préciser : Qui cacher quels postes ?

3/ Les métiers choisis par les doctorants en biologie que j'ai pu accompagner s'orientent souvent vers un poste d'ingénieur (ou chef de projet) R&D dans le milieu de la recherche médicale (industrie pharmaceutique ou matériel médical. Quelques personnes se sont orientés vers la communication ou Le Marketing ou l'évènementiel autour de projets scientifiques.

à votre disposition pour réagir à d'autres commentaires

B. Filler, mentor de l'ABG.

Anonyme a dit…

Bonjour,

J'ai réalisé cette année à un NCT et je participe dans quelques jours à la présentation finale du projet. Je souhaiterais savoir, afin de mieux préparer cet exposé , quels sont les points importants à indiquer, ce qu'il faut faire, et ce qu'il faut ne pas faire.
Merci d'avance
Nicolas

Anonyme a dit…

J'essaie d'apporter des précisions à propos de quelques points soulevés:
1. "Est-ce que ce sont les doctorants qui en ont le plus besoin qui en bénéficient ?Ou est-ce une "prime" supplémentaire aux premiers de la classe"
Participer au NCT montre peut-être une volonté d'anticiper et de préparer sa recherche d'emploi. En ce sens, une certaine lucidité, alors peut-être qu'effectivement,ce ne sont pas ceux qui en auraient le plus besoin qui font le NCT.En tout cas, dans l'établissement dans lequel je travaille, la participation au NCT ne repose pas du tout sur le fait de bénéficier d'une allocation ou pas.

2.Les pistes professionnelles: je confirme les propos de B.Filler. J'ajouterai les emploi dans la valorisation de la recherche (OSEO, Incubateur, Pôle d'innovation...)

3. La présentation finale du NCT: les modalités peuvent varier d'un établissement à l'autre. Dans le cas que je connais bien, nous avons choisi de faire la présentation orale dans la continuité de l'exercice, ie fin juin, début juillet. Nous invitons dans chaque groupe placé sous la responsabilité d'un mentor, un ou deux professionnels. Chaque doctorant, tour à tour, présente son sujet et son projet professionnel en 15', devant ces invités, le mentor et l'organisatrice locale. Suit un debriefing sur la clarté de la présentation et l'argumentaire. Est attendue une présentation synthétique, pédagogiques pour des non spécialistes, dans laquelle le doctorant sait mettre en valeur - habilement et élégamment - ses compétences.Ce n'est pas une simulation d'entretien, mais un exercice de communication qui s'y apparente, une sorte de galop d'essai.
Je reste à votre disposition.
Danielle Haug, organisatrice locale NCT

Anonyme a dit…

J'aimerais ajouter par rapport à la question sur la présentation orale :
Veiller à mettre l'accent sur la thèse comme étant un véritable projet avec ses enjeux, son contexte, son budget, la gestion des acteurs et des moyens. Sur les compétences : les appuyer par des exemples concrets qui apportent la preuve de la compétence, et enfin un ou des projet(s) professionnel(s) argumentés et d'éventuels entretiens réseau nommés.
Comme il n'y a que 15 mn de présentation la synthèse et le pragmatisme sont essentiels.

B. Filler, mentor ABG

Anonyme a dit…

Bonjour,
Je suis le directeur de thèse d'un doctorant ayant suivi le NCT.
J'étais très favorable au départ, la démarche me semblant utile.
Le résultat m'a -à titre personnel- déçu:
- J'ai été très surpris du manque d'ouverture, presque dogmatique, sur le milieu académique de la part des encadrants du NCT. Milieu qu'ils ne semblent pas connaitre, même s'il fournit nombre de futurs cadres du privé (mes anciens doctorants sont exclusivement dans le privé).
- Mon doctorant avait déjà fait un gros travail de reflexion sur son avenir, il en est revenu très confus. Il n'a pas eu le dialogue qu'il espérait mais un discours par trop idéologique.
- L'international n'est pas du tout pris en compte. La France a cette spécificité assez néfaste que sont les écoles d'ingénieurs et son résautage. En dehors de l'hexagone, le PhD vaut vraiment quelque chose. Dommage de passer cela sous silence.
- Dans le groupe que j'ai vu, les "mentors" (le terme est innaproprié, on choisi son mentor, on ne le subit pas) poussaient de manière systématique à une ré-orientation. Plus dangereusement encore, des ré-orientations vers des domaines dont les débouchés sont presque nuls ? Surprenant.
En conclusion, je pense qu'il serait bon qu'une reflexion se passe au niveau de la direction du NCT pour le rendre plus "réaliste".
Il faut peut-être alors plus prendre en compte l'encadrant qui connait son domaine (et plus souvent que l'on croit aussi dans la partie non académique ... les poncifs ont la vie dure). Un consultant ne connait pas tout mais s'il cherche toujours à amener une réponse.

Anonyme a dit…

Bonjour

Pour la présentation orale nous avons opté à Nantes pour une nouvelle formule cette année, qui nous a semblé plus dynamique.
Nous avons regroupé les doctorants par 5 et chacun a présenté tout à tour son NCT en 7'chrono.
Je n'impose pas de forme ou de contenu très strict, mais je conseille d'insister sur la partie Gestion de projet en termes d'enjeux, timing, impacts, et sur la partie "compétences développées".
Puis il y a eu un échange d'environ 1/2 h par groupe avec le "jury" composé de professionnels venant d'entreprises privées ou spécialistes de la valorisation de la recherche et projets d'entreprises innovants.
Cette formule permet de donner à l'exercice un rythme un peu sous la forme d'une table ronde et non académique.

Sophie Bellec Mentor à Nantes

Anonyme a dit…

En ce qui concerne le coût du NCT je crois que toutes les ED ne procèdent pas de la même façon. A Nantes, le NCT est payé à moitié par l'ABG, 1/4 par le collège des ED et 1/4 par le labo (c'est donc modique) mais il faut donc convaincre le patron du labo....!

Sophie BELLEC Mentor

Anonyme a dit…

Bonjour,

Je voudrais apporter quelques compléments d'informations notamment pour ceux qui expriment leurs doutes sur l'utilité du NCT.

Tout d'abord, le NCT n'est pas le remède miracle qui va vous apporter toutes les réponses.

Effectivement, il y a sûrement des différences d'un groupe à l'autre qui peuvent provenir aussi bien du "mentor" que des participants. Dans tous les cas, je pense que l'exercice permet de se dégager du temps pour se poser les bonnes questions ("qu'est-ce que je sais faire? Qu'est-ce que je veux faire?...)

Dans mon groupe, il a aussi permis à certains doctorants de parler de leur difficulté relationnelle avec leur encadrant, de voir qu'ils n'étaient pas seuls et de s'apercevoir que l'on pouvait toujours s'en sortir.

Quelque soit notre choix d'orientation (public ou privé), il permet de faire un bilan et d'entammer le processus de réflexion. Ce n'est pas une fin en soit. Les choix d'orientation que l'on exprime dans le NCT peuvent évoluer!

Quant au "mentor", il ne connait pas forcément votre domaine et n'est pas là pour vous indiquer quel type d'emploi ou d'entreprise vous devez viser. Il va plutôt vous apporter une vision extérieure : "Est-ce que votre discours est compréhensible par des personnes qui justement ne sont pas dans votre domaine?". Cela me parait important dans la mesure où que l'on veuille entrer dans une carrière académique ou privé, on est toujours amené à réaliser ce genre d'exercice.

Si votre but est de trouver des noms d'entreprise, des types de métiers, il faut plutôt voir avec votre encadrant, les anciens du laboratoire, chercher dans les sites internet ce que sont devenu ceux qui ont fait la même formation que vous...

Voilà pour mon retour d'expérience

Anonyme a dit…

Le NCT est une liberté. Cela dérange. Combien de fois les directeurs de thèse essaient d'empecher des infos de transpirer de leur labo. Lorsque j'étais représentant doctorant à l'Ecole Doctorale de ParisVI et Paris VII, souvent j'ai vu les thézards etre victime de la langue de bois des directeurs. Des fois, tout est fait pour que la thèse soit l'image d'un laboratoire, une vitrine plutot qu'une véritable réflexion ouverte sur un sujet.

Lors de ma thèse, perso, j'ai pas eu la chance d'avoir le NCT. C'est une liberté. En science, en recherche, c'est rare. Tres rare.

Yannick Comenge
Secrétaire de Pugwash
Génération Précaire.

Anonyme a dit…

Le message du directeur de thèse démontre l’implication d’un certain nombre d’encadrants, leur connaissance des débouchés dans leur secteur et le suivi qu’ils font de leurs anciens doctorants. Oui, les directeurs de thèse soucieux de l’avenir de leurs doctorants sont de plus en plus nombreux, et nous sommes très heureux qu’ils s’expriment ici pour rappeler cette réalité.

L’aide des consultants est appréciée par les doctorants qui s’estiment satisfaits, pour 87% d’entre eux, de la formation du Nouveau Chapitre de la Thèse. Néanmoins, chaque année les mentors ne sont reconduits dans leur fonction qu’après examen de leur dossier, c’est-à-dire après lecture des documents écrits et analyse des questionnaires de satisfaction des doctorants. Nous insistons pour qu’un retour sans faux-semblants soit fait auprès des organisateurs locaux et auprès de l’ABG. C’était aussi l’objectif de ce blog, et suite aux remarques constructives du directeur de thèse, nous travaillerons avec les consultants lors de la prochaine journée de réflexion à :
-Diversifier la vision qu’ils ont des encadrants de la recherche universitaire ;
-recommander eux doctorants de solliciter leur réseaux ;
-insister sur les pistes internationales lorsque les doctorants sont mobiles ;
-davantage personnaliser leur encadrement en prenant en compte le degré d’avancement de la réflexion du doctorant quant à son avenir professionnel.

Sabine CORNUDET
ABG. Service Formations

Anonyme a dit…

Je souhaite rebondir sur le jugement plutôt sévère porté par un encadrant.

- Tout d'abord, un des objectifs principaux du NCT est de rendre les travaux de thèse compréhensibles en dehors de la sphère académique et de fournir en cela un outil au doctorant pour parler à des DRH ou d'autres consultants. Une grosse partie de nos efforts porte sur cet aspect.

- Ensuite, il s'agit au contraire de valoriser le PhD en amenant le doctorant à s'approprier des qualités et des compétences propres au jeune chercheur qu'il est, et dont il n'a souvent pas conscience. Cette étape est souvent salutaire pour redonner confiance à des doctorants qui parviennent en fin de thèse fatigués et déstabilisés.

- La dimension internationale n'est pas négligée mais elle est évoquée selon le projet et le profil du doctorant. J'ai pour ma part plusieurs anciens du NCT qui ont trouvé des débouchés dans des entreprises à l'étranger.

- Le réalisme ça peut être d'ouvrir les yeux des doctorants vers d'autres sphères, non académiques (on peut imaginer aussi qu'ils ont "en interne" suffisamment d'informations sur les carrières académiques) et que notre rôle est plus de les aider à envisager d'autres pistes, même si c'est pour décider de les abandonner.

- Enfin, un "mentor" ou coach ne cherche sûrement pas à apporter systématiquement une réponse. En revanche, il pousse à se poser les bonnes questions.

Sophie Bellec, Mentor à Nantes

Viviane a dit…

Bravo pour la richesse des commentaires. J'ajouterai ma petite pierre.
- le NCT peut être considéré comme un "arrêt sur image" au service du doctorant. Pour une fois, ce n'est pas NOUS mais JE qui est au centre du dispositif. L'exercice tend à focaliser sur tout ce qui est positif dans la personnalité et les compétences du doctorant. Le fruit de son analyse est étayé et validé par un professionnel bienveillant, dont les questions l'aideront à exposer en termes simples l'essence de son travail de recherche. Cet exercice s'étale sur environ 3 mois et mobilise entre 10 et 15 jours de travail.
- Il y a moins d'une semaine, j'ai assisté à la soutenance de thèse d'une de mes doctorantes en Biologie. Elle a inclus le NCT dans sa thèse et en a parlé de façon officielle dans son exposé. Son Jury de thèse s'est montré intéressé et a posé des questions sur cet exercice, ....mais ce n'est qu'un exemple.
- Je ne connais pas d'exemple où le mentor dénigre la voie académique. Sans doute en existe-t-il ! Selon moi, nous participons plutôt à valoriser l'image erronée que se font trop souvent les recruteurs du thésard.
Il y a un vrai travail à mener : d'une part, faire mieux connaître les doctorants aux entreprises et aux recruteurs ; d'autre part, dédramatiser le travail en entreprise aux yeux des doctorants et souligner que des allers-retours sont possibles, et souhaitables.
- En juillet, nous avons fait un exercice de restitution du travail de NCT en présence des directeurs des Écoles Doctorales, bien sûr, en ayant invité huit représentants du monde de l'entreprise : avocat, architecte, directeur d'usine, psychologue libérale, .... Les échanges, de l'avis de chacun, ont été fructueux.

Je suis à votre disposition pour répondre à d'autres questions.
Viviane REBOUD, mentor

Baty-Sorel a dit…

Bonjour à toutes et tous,

Merci de la richesse de ces commentaires. J'accompagne des doctorants en tant que mentor depuis 7 ans je crois, et c'est toujours un plaisir et une découverte. Cette année encore, 6 doctorants. Si l'accompagnement individuel est pour le doctorant un moment intense, jubilatoire et parfois douloureux, la présentation orale devant les collègues,des enseignants, des extérieurs, ...reste un temps fort qui me paraît essentiel. Le NCT est avant tout un révélateur, un catalyseur et un décanteur personnel. Il peut être outil "d'introspection" personnel profond comme le disait Gwenaëlle qui est aujourd'hui Ingénieur R&D dans le privé. Elle a en fait réaliser 3 NCT, un "édulcoré" pour l'ABG et ses enseignants, un autre plus approfondi pour moi, un troissième pour elle même que je n'ai jamais lu. Il peut être aussi un superbe outil de communication et d'accroche comme pour Emile qui l'a utilisé pour illustrer son entretien d'embauche avec le directeur de site d'un grand groupe industriel.Il est en poste et il a eu un poste taillé sur mesure.J'ai vu des NCT rédigés sous toutes les formes, journal de bord, revue scientifique...même BD, des plus classiques aussi mais l'essentiel c'est que le doctorant se découvre ou/et se retrouve dans sa production, qu'il puisse inscrire sa thèse dans le futur.
Avant de vous quitter en vous offrant quelques lignes de Jacques Salomé, je souhaite remercier l'équipe de l'ABG, Gérard, Thao, Sabine...et pardon pour celles et ceux que j'oublie qui ont œuvré et œuvrent au quotidien sur ce dispositif si riche.
".....Si tu veux faire pour moi, tu contribues à ma peur, tu accentues mon inadéquation et peut être renforce ma dépendance.Quand je me sens écouté, je peux enfin m'entendre.Quand je me sens écouté je peux entrer en reliance.Etablir des ponts, des passerelles incertaines entre mon histoire et mes histoires. Relier des évènements, des situations, des rencontres ou des émotions pour en faire la trame de mes interrogations.Pour tisser ainsi l'écoute de ma vie.Oui ton écoute est passionnante.S'il te plait écoute et entends- moi.Et si tu veux parler à ton tour, attends juste un instant que je puisse terminer et je t'écouterai à mon tour,mieux, surtout si je me suis senti entendu.

tiré de "Quand je te demande d'être écouté " de Jacques Salomé

Anonyme a dit…

Bonjour,
J'aimerai savoir comment on peut faire l'inscription et où? et en quelle mois se déroule la formation?
Merci

Viviane a dit…

Les Écoles Doctorales donnent l'information en début d'année universitaire ; elles organisent généralement une réunion avec d'anciens NCT et le ou les mentor-s pressentis.
On laisse aux thésards un temps de réflexion. L'inscription se fait entre décembre et février. Le travail avec le mentor s'étale +ou- entre mi-mars et mi-juillet.
Bonne soirée,


Viviane Reboud, mentor à Reims

Anonyme a dit…

Pour plus de précisions, les inscriptions des doctorants auprès des écoles doctorales se feront entre mi-octobre et mi-décembre 2009.

La formation quant à elle aura lieu à partir de mi-février et jusqu'à mi-juin 2010.

Sabine CORNUDET
Association Bernard Grégory
Service Formations

Anonyme a dit…

Bonjour à tous,

Je suis d'accord avec tous les commentaires qui ont été faits ici: le NCT est un excellent programme, qui ouvre l'esprit et qui ouvre des portes. S'il n'était pas aussi cher, je recommanderais de le rendre quasi-obligatoire (je rigole, je pense que les commentaires positifs viennent du fait que c'est fait comme une démarche personnelle et pas vécu comme une obligation de formation de plus).

Juste une critique: le nom. Pourquoi «Nouveau Chapitre de la Thèse» ? Le manuscrit est un compte-rendu scientifique, et tout l'objet du NCT est de prendre du recul sur les aspects scientifiques pour regarder le côté gestion de projet. Ca n'a donc pas vocation à figurer dans la thèse. Pourquoi ne pas appeler cela «Valorisation des compétences des docteurs» ?