12/02/2010

FORUM: ingénieur + docteur = plus value?

Un rapport nous apprend que 7% des ingénieurs sont aussi titulaires d'un doctorat.
Pourquoi faire une thèse quand on est (déjà) ingénieur? Quel intérêt me direz-vous? Et bien les ingénieurs docteurs sont davantage impliqués dans les processus d'innovation (nouveaux produits, nouveaux process) que les ingénieurs tout court. De plus, le dépôt de brevets, la participation à des programmes européens... est davantage l'attribut des ingénieurs docteurs.

Qu'on se le dise !! Si vous désirez témoigner de votre parcours d'ingénieur-docteur, cliquez sur "commentaires".

Source : Observatoire de l'emploi des ingénieurs diplômés, Conseil national des ingénieurs et scientifiques de France, 20e enquête, juin 2009

Le forum est désormais fermé. It's closed now.

43 commentaires:

sophie a dit…

Effectivement j'ai décidé de réaliser une thèse après mon stage ingénieur (ECPM option chimie organique). Le bilan ?? Négatif sans aucun doute. Malgré l'expertise glanée au cours du doctorat et des deux stages-postorats je galère énormément pour trouver un emploi qui permettrait de péréniser ma situation. C'est frustrant de voir qu'il a fallu faire des sacrifices tout au long des études, être mobiles géographiquement et thématiquement pour au final se présenter au pôle emploi pour faire uen formation qui est proposée aux Bac+2. Que d'années de perdues ...

Anonyme a dit…

Je ne sais pas si mon parcours est représentatif, mais le voici :
- Ingénieur ESPCI (école généraliste, assez tournée R&D)
- Thèse neurobiologie
- Travail de consultant en informatique de gestion
Impossible de trouver du travail en R&D, et bien sûr encore plus dans mon domaine de thèse, à Troyes où mon mari a été nommé comme prof il y a 2 ans. Bref, ma thèse, on va dire que c'était ... pour le plaisir !

Anonyme a dit…

Personellement, j'avais choisi de faire une thèse après mon diplome d'ingénieur pour accéder à un emploi en R&D en industrie.
J'en tire un bilan mitigé étant donné le peu de postes ouverts en R&D dans le privé et le nombre conséquent que nous sommes à avoir la même formation.
Beaucoup autour de moi ont choisi de se reconvertir dans d'autres métiers complètement différents..
A méditer !

Anonyme a dit…

J'ai choisi de faire une thèse après une école d'ingénieur car les offres d'emploi étaient trop accès production, logistique, alors qu'un tas de sujets de thèse me semblaient passionnants.
Je n'ai pas encore trouvé d'emploi fixe depuis la fin de ma thèse en juillet 2009, mais je ne regrette pas mon choix, la thèse m'a beaucoup apporté, même personnellement. Il est clair que j'envisage mon premier emploi en R&D, mais la thèse ne me ferme pas pour autant les portes de métiers de managériat par exemple.

Anonyme a dit…

Si ma formation d'ingénieur m'a apporté des connaissances très générales et complètes, ma thèse m'a permis de me spécialiser dans un domaine. Je pense ainsi que ces deux formations sont complémentaires et enrichissantes, et la thèse est une première expérience de recherche intéressante.

Problème: je souhaite également trouver un premier emploi de R&D, mais je suis aussi au chômage ! Serait-ce une fatalité ?

Romain a dit…

Après un bi-cursus ingé-M2R en génie méca j'ai décidé de travailler pour une thèse car :
-c'était le moment ou jamais ;
-que d'ingé s'ennuient !!! ;
Il est important de choisir correctement le contexte de la thèse. Pour ma part ça a été le moment et je ne me suis pas ennuyé contrairement a beaucoup de mes collègues ingé qui s'ennuient encore. Moins payé mais moins d'ennui & plus d'autonomie ; à chacun de voir.
Pour ceux qui ont du mal à trouver du boulot en R&D, je le vois dans mon secteur qui n'était pas réputé pour être difficile, il est envisageable que se soit plus conjoncturel que dû aux diplômes. Personnellement j'ai dû me tourner vers un postdoc, mieux payé que ce que l'on me proposait pour du développement dans le privé.
Enfin, et c'est pour cette raison que j'encourage souvent à se lancer dans un doctorat, on sait mieux résoudre des problèmes complexes en en sortant qu'en y entrant et même que la plupart des ingés qui ont trois ans d'expérience, tout simplement parcequ'ils n'ont pas eût l'occasion de traiter ce type de difficultés.

Anonyme a dit…

La thèse m'était indispensable pour accéder aux postes de l'enseignement en universités et grandes écoles.
L'avantage de faire une thèse après un diplôme d'ingénieur est que l'on peut plus facilement trouver un financement type CIFRE avec des contrats industriels. Ceci a deux avantages:
- on est déjà vraiment dans le monde du travail et il s'agit d'une première expérience professionnelle;
- on est un vrai chef de projet avec des orientations à défendre, des documents à produire et des délais à respecter.
Personnellement, je trouve que c'est une expérience très enrichissante à de nombreux niveaux, permettant notamment d'échanger avec d'éminents spécialistes.

Anonyme a dit…

J'ai fait une thèse après mon diplôme d'ingénieur pour pouvroi travailler dans la recherche privée. Mais les opportunités sont trop peu nombreuses dans la réalité. Le bilan n'est pas très positif car ce diplôme n'est pas vraiment bien vu des recruteurs du privé autre que l'industrie pharmaceutique. Mais il m'a apporté beaucoup personnellement.

Anonyme a dit…

Le diplôme d'Ingénieur, même s'il est axé sur une spécialité donnée, est avant tout assez généraliste. La thèse permet de développer son expertise sur un sujet pointu.
C'est une chance unique que de pouvoir effectuer des investigations poussées sur une problématique utile au secteur privé pendant trois années.
En général, il est très difficile de s'imaginer faire une thèse après avoir intégré le monde professionnel. Or c'est une suite évidente lorsque l'on est jeune diplômé d'une école d'ingénieur.
Pour moi, si c'était à refaire, je re-signerai bien évidemment.

jeraud59 a dit…

Outre une spécialisation et l'acquisition d'un bagage scientifique des plus pointus, la thèse apporte une dimension internationale à un CV. Cela a été une des raisons majeures qui m'a poussée à compléter mon diplôme d'ingénieur par une thèse. Le diplome d'ingénieur reste une exception française, peu lisible hors de l'hexagone. A l'opposé, la thèse ou "PhD" est reconnue mondialement. Sans ce sésame, je n'écrirais sûrement pas ce message depuis la Californie! ;-)

Evelyne Jardin a dit…

Merci pour votre témoignage du bout du monde.
Continuez à témoigner chers Ingénieurs&Docteurs.
Et si vous êtes en école d'ingénieur et que vous vous posez des questions sur l'opportunité de faire une thèse, c'est le moment!!
Cordialement,
Dr Evelyne Jardin
Animatrice du blog

gradiant82 a dit…

Je suis en fin de thèse, et je suis tenté par un poste en R&D dans le privé. Toutefois, et après avoir observé le marché du travail, j'ai pu constater certaines choses (qui ne me rassure absolument pas) que voici :

- très peu d'offres existent en France dans le domaine de la R&D.
- le peu qu'il y ' a sont principalement financés par l'état français au sein d'institution publique.
- les canaux de recherche d'emploi classique ne sont absolument pas adaptés pour la recherche d'un poste pour un titulaire d'un doctorat. Ceci est en partie dû au fait que la plupart des offres n'y sont même pas publiées.
- Le volume de poste en R&D en Amérique du Nord et Angleterre est l'opposé de celui qu'il y'a en Europe continentale.

pierre a dit…

Je vais être diplômé de l'EMAC sous peu.

Pour moi, se choix semble judicieux compte tenu du fait que je souhaite devenir enseignant-chercheur.

J'ai aussi quelques problèmes éthiques qui font que mettre mes compétences au service d'une ou plusieurs entreprises en vue de faire de l'argent me donne des boutons.

Pour travailler dans l'industrie, il faut bien penser au fait que "abondance de diplômes nuit". Particulièrement en France.

Les entreprises sont assez rétissantes à surpayer un ingénieur du fait de son doctorat.

Aussi pour ceux qui souhaite faire de la R&D je conseillerai juste le M2R (master recherche). Il me semble que cela suffit.

Le jeune chercheur dépité ! a dit…

Ingénieur + Docteur ne sert à rien, puisqu'un doctorat ça vaut RIEN en France! 2 ans que je suis au chômage après un post-doc (bientôt SDF). Je voulais faire de la R&D, mais dans le public faut être copain avec des mandarins et dans le privé, ils recrutent plus que des BAC+2 ! Le pôle emploi m'avait proposé de valider un diplôme d'ingénieur par VAE en plus de mon doctorat pour essayer de me donner plus de chance. Résultat : le comité de VAE estime qu'un doctorat + Post-doc = 80% d'un ingénieur ! Donc pour ma part, un doctorat et des post-doc servent juste à nous occuper pour ne pas faire partie des statistiques ! En ce moment, je décroche même plus un post-doc, car les critères de sélection sont de plus en plus bidons (boulot réservé pour les petits laiche-cul qui ont fait leur DEA, thèse et post-doc dans le même labo), et qu'on garde au chaud pour leur réserver un petit poste bien pistonné. Faut pas abusé quand même, de demander 4 referees, 5 publis et j'en passe, et celà en étant sorti de thèse il y a pas plus d'un an, surtout que le candidat recruté est loin (très loin) de répondre aux critères. (Il en va de même pour les qualifs et recrutement de MCF, et autres concours du genre). En conclusion, moi je dis que 10 ans d'études en Bio, ça sert à rien ! Juste à se faire exploiter et jeter comme un clinex, et ne pas avoir de perspectives d'avenir. J'en croise des jeunes chercheurs au chômage au pôle emploi (dans tous les domaines). Je sais pas combien il y a en a au total en France, mais je sais une chose : 90% d'entre eux (qu'ils soient ingénieur+docteur ou docteur), ne pensent qu'à la reconversion. Et ceux qui n'y arrivent pas deviennent tellement précaire qu'on sait où ils vont finir ! Merci les politiques qui affirment : "faire des études pour réussir dans le vie" "travailler plus pour finir sous un pont" "ce n'est pas ce qui sont bien nés qui sont privilégiés" "la croissance passe par la formation des futurs jeunes SDF" .... Quand j'étais un peu plus jeune, j'aurais mieux fait de faire des beuveries, des fiestas, etc... plutôt que d'étudier. Quand je pense à tous les WE, toutes le vacances que j'ai sacrifiés (loin de mes proches) à la fac, et surtout dans ces putains de labo de merde !!!!!!!! dirigés par tous ces connards de petits-chefs qui ne touchent même plus à une pipette depuis 20 ans, et qui ramassent leurs milliers d'euros sans comprendre ce qu'ils font (et ceci sans effort jusqu'à leur retraite) .... J'ai juste envie de me flinguer. Profiter de votre suprématie !!!!! Y aura bientôt plus personne dans vos labos, et ça va devenir dramatique le jour : où vous devrez réapprendre à utiliser un pipette pour justifier votre salaire de ministre !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Christine L a dit…

Que de commentaires desabusés.
20 ans d experience en industrie et je peux confirmer que les détenteurs d une these (de qualité) ont en general un meilleur parcours professionnel : cela va aller en s'accélerant avec me LMD et l internationalisation des diplomes comme le dit celui qui est en Californie.
Messieurs et Mesdames les docteurs pensez aussi a l entreprenariat , rapprochez vous des incubateurs , reseautez, comnuniquez vos resultats sur des sites comme "presans", vous trouverez des gens que vous interesserez peut etre pour la gloire au debut mais ensuite pour partager les gains avec le succes. Valorisez le savoir faire que vous avez acquis , il est recherche mais pas forcement la ou vous l esperiez ;=)

Anonyme a dit…

Le choix de continuer ses études par un parcours doctoral engendre des conséquences assez significatives sur le profil de la carrière industriel. Nul doute que j'aurais pu décrocher mon premier CDI en entreprise il y a déjà de nombreuses années si j'en avais decidé ainsi. Le processus doctoral est quand même très intéréssant et intellectuellement enrichissant, le défi est souvent permanent. Ce choix est aussi risqué car qui peut savoir avant son cycle doctorale que son domaine d'expertise va demain, dans 10 ans, donner naissance à un domaine clé de l'industrie francaise et/ou mondiale? Je ne pense pas que les inventeurs de la fibre optique et de la camera CCD (nobélisés récemment) aurait pu présager de l'impact de leur recherche au début de leur travaux.

De plus, je ne pense pas avoir perdu de qualité acquise durant mes années d'élève-ingénieur, donc le profil docteur-ingénieur est une plus-value. Les entreprises de manière générale aurait tors de se priver de la diversité de profil et des compétences qu'offrent les docteurs-ingénieurs. Les docteurs ingénieurs savent gérer des problèmes complexes, connaissent à la fois les mondes industriel et académique: clé de la compétitivité. De même, les domaines de recherche sont en général extrenement compétitifs et fortement internationalisés. Le travail de promotion de nos travaux de recherche en entreprise est cependant très difficile, mais c'est par cette réussite de marketing de nos idées que nous pouvont dans certain intégrer les entreprise à une place adaptée et correspondant à notre profil.

B a dit…

Ingénieur expérimenté en reprise d'études M2

Je réagis sur 2 plans :
1°) Ingé et Docteur ce n'est pas pour le même job, ni le même esprit. L'ingénieur travaille et s'épanouit (espérons) pour l'industrie, pour ma part en aéro, avec toute la dimension marchande que ça recouvre, et qui peut conduire à avoir le sentiment de vendre son âme (d'autant qu'avec le scandaleux modele commercial de la sous-traitance d'études, on reste précaire pendant 10 ans malgré un Bac+5). Le docteur (ou seulement M2R) travaille à faire progresser la science, même si c'est en industrie. Les deux sont légitimes mais les cultures n'ont rien à voir!

2°) Dire à des chercheurs de créer une entreprise n'est pas responsable, surtout en France. Les conseilleurs ne sont pas les payeurs! Créer une enteprise (je l'ai fait) c'est prendre tous les risques, il faut avoir une âme d'entrepreneur, car 1 sur 3 marchera finalement, et pour toutes, échec ou succès, il faudra apporter l'argent, l'idée, la compétence commerciale (alors qu'on parle de chercheurs) et les sacrifices (pas de salaire pendant plusieurs années, no-life, famille très sollicitée, préjugés de la part des administrations)... tout ça pour sortir des statistiques et y retourner plus tard encore + précaire!

La réalité c'est qu'il faut faire des études dans un domaine qui embauche, et non par plaisir, ingé ou docteur ne change pas cette règle de prudence! Ensuite, mieux vaut aussi en partager les valeurs, sinon c'est déception à coup sûr!

pimprenelle57 a dit…

Docteure depuis 1 an et deux mois, en CDI en R&D depuis 1 an et 1 mois, je mesure la chance d'avoir trouvé un poste avant même de soutenir ma thèse, dans un domaine très fortement corrélé à mon domaine d'expertise. Une question de chance c'est certain.
La formation par la recherche m'a apporté une façon de travailler que je n'avais même pas imaginé en sortant d'école. Plus de recul, de maturité, plus d'assurance également. Le post doc, ça n'était pas pour moi, et même si parfois le côté "science pour la science" me manque (par rapport à "science pour sortir un produit au bout"), je ne regrette pas d'avoir fait la bascule côté privé.
Sans oublier que dans ma boîte, ils recrutent majoritairement des docteurs dans la recherche la plus amont.

Il faut être fier de ce plus, et surtout le monnayer en espèces sonnantes et trébuchantes. En plein début de crise, j'ai osé dire à un RH haut placé que leur proposition de salaire revenait à nier ma thèse, qui m'avait apporté tout ce que je citais plus haut. Et j'ai réussi à le faire partiellement lacher.

Accrochez vous, et affutez vos arguments. Une thèse, c'est du management de projet, avec des délais à tenir, des interactions avec d'autres chercheurs à construire, des résultats à communiquer, comme dans une thèse.

frederic a dit…

Je ne suis pas ingénieur mais seulement docteur...mais je me permets d'apporter tout de même mon témoignage. Et cela pour 2 raisons au moins. La première est que je bosse dans un labo qui est hébergé dans une école d'ingénieur. Et donc à ce titre je vois pas mal d'ingénieur faire leur thèse dans ces labos. De par cette position je connais donc le devenir de chacun, ingénieur et ingénieur+docteur. Et franchement les ingénieurs ont un moins de problème pour trouver du taf en France, mais bien souvent ils changent de branche (environ 50% des ingé de l'établissement où je travaille font autre chose que ce pour quoi ils ont été formé). Par contre, les docteurs sont carrément mieux vu à l'étranger (hors des frontières française on ne sais pas trop ce que c'est qu'un ingénieur) et là peu importe qu'on soit docteur ou ingénieur plus docteur nous sommes sur un pied d'égalité, c'est le doctorat qui prime.

La deuxième réponse qui me pousse à laisser mon témoignage est la motivation...beaucoup d'ingénieurs rentrent dans des écoles sans vraiment avoir de motivation, sans être passionné par ce qu'ils font. Ils ont grimpé les échellons scolaires parce qu'ils n'étaient pas trop mauvais en math pour résumer...je caricature un peu, mais je ne pense pas être trop loin de la réalité.

Ceux qui désir poursuivre par une thèse sont donc les plus passionnés d'entre eux, ceux qui ne sont pas tombé dans une école d'ingé "par hasard".

Si bien qu'à la fin on retrouve des docteurs qui dans plus de 90% des cas poursuivront dans leur filière, et peu importe qu'ils soient ingé+docteur ou simple docteur.

Par expérience personnelle, 90% des doctorants que j'ai connu et avec qui je garde des contacts (+ ou - lointains) ont été embauché en qualité de docteur et peu importe leur diplome d'ingé ou pas...

Et pour finir je souhaiterais répondre au" chercheur dépité qui a dit...."

Je comprend ton mécontentement vis à vis du système de recrutement un peu pipeauté dans la recherche public, mais c'est un peu la même chose dans le privée, et ce dans tout les domaines, et ça va de la maçonnerie à la recherche....on appel ça un réseau...on ne le dira jamais assez mais c'est la clé de pas mal de chose.

J'ai commencé à élaborer ce réseau quand j'étais en thèse, juste en m'impliquant dans certaines asso (et sans vraiment penser à ça je l'avoue...) et aujourd'hui j'en mesure la porté car je suis en train de monter ma boite dans un labo de recherche public et ce réseau me sert bien aujourd'hui!!! à chacun de faire le sien et de le faire fructifier en temps utile....

Un dernier point (oui, je sais je suis un peu trop bavard....lol) j'ai l'impression qu'il y a un problème avec les thèses en bio car quasiment tous les problèmes d'avenir dont j'entends parler se passe dans ce domaine....à méditer

tchô

Anonyme a dit…

Ah le fameux dilemme franco-français ingénieur/docteur...
J'ai fais 2 ans de ma thèse aux USA, las bas mon diplôme d'ingé c'est "juste" un Master.
Le Ph.D. ça ils connaissent, indispensable pour des postes à responsabilités en R&D. C'est de plus en plus préférable en France avec la mondialisation.

Effectivement le marché du travail est difficile pour les jeunes docteurs.
A mon avis, faut pas le nier faut s'y adapter et anticiper.
Plusieurs de mes amis ont galéré pour trouver un job.
Ils l'ont tous fini par y arriver: 1- en restant optimiste, 2- en se faisant connaitre et développant un réseau de relations , 3- en faisant un bon bilan de compétences pour etre conscient de ce qui les distinguent des autres.

Outre l'aspect projet professionnel, le choix de "faire une thèse pour faire une thèse" est dangereux, il faut quand meme avoir une certaine motivation/ passion pour son sujet/domaine car c'est pour 3 ans.

Anonyme a dit…

Que de commentaires désabusés ! Certes je ne suis qu'en première année de doctorat après un diplôme d'ingénieur agronome, mais je pense que c'est une réelle chance de pouvoir cumuler des compétences en ingénierie (telles que la gestion de projet ou les statistiques) et des aspects beaucoup plus fondamentaux. Je considère ma thèse comme une première expérience professionnelle, un CDD de 3 ans qui me permettra soit de poursuivre ma carrière dans le public (choix difficile, s'il en est), soit de m'orienter vers le privé, où à ma connaissance des opportunités existent, en tous les cas en biologie. Est-ce vraiment naïf de considérer ainsi le doctorat ?

Le chercheur dépité ! a dit…

En réponse à Frédéric :
Réseau = Pistons, c'est-à-dire laiche-cul, et ceci dans le public et privé ! Moi, ma langue, je veux pas qu'elle sente ....

Evelyne Jardin a dit…

Pour les ingénieurs qui envisagent de se lancer dans une thèse car ils ont pris goût à la recherche, je les conseille de prendre connaissance de l'outil "AvanThèse" développé par le service Formation de l'ABG. Vous pouvez contacter Mme Lang pour en savoir plus.
thao.lang[at]abg.asso.fr
Cordialement,
Dr Evelyne Jardin
Animatrice du blog

frederic a dit…

ce que j'appelle le pistons c'est plutôt quand tu obtiens un poste pour lequel tu n'as pas les compétences requises (genre fils à papa)

le réseau ce n'est pas du lèche-cul, c'est de l'entraide. Il faut juste que tu prennes conscience que tu ne peux (sais) pas tout faire....et d'autres personnes sont là pour t'aider

faut pas tout mélanger

mais ce n'est pas l'objet de ce forum, alors je m'arrêterais là! Faudrait-il en créer un autre sur le thème de l'utilité du réseau???

Jel a dit…

Je suis ingénieur diplômé informatique et télécom (ENSIAMG).
Je travaille depuis 4 ans presque. J'ai trouvé une thèse intéressante dans les réseaux, car j'aimerais me convertir vers la recherche et l'enseignement supérieure.
Mon problème actuel est le financement. Un chose qui me décourage :-(

Anonyme a dit…

Bonjour,
Jeune diplomé de l'ingéniérie aéronautique, et au vue de la conjoncture actuelle, j'envisage de me lancer dans un master recherche pour effectuer par la suite un doctorat Sciences de gestion. Cependant, les avis sont assez controversés. L'arrivée d'un jeune docteur est-elle réellement apréciée dans l'industrie, face à un ingénieur avec 3 ou 4 ans d'experience? Quelle sont les différences en termes d'évolutions professionnelles? Le doctorat est-il plus propice à des postes de hautes responsabilités? Et qu'en est-il vraiment sur le plan salarial?

Malgré mon envie de travailler sur des projets innovants, propres à la recherche, je reste un peu perdu et compte sur vos temoignages pour comprendre si "le jeu en vaut réellement la chandelle"; et de ce fait m'aider à faire un choix. Merci d'avance.

Evelyne Jardin a dit…

Je rebondis sur le message de Frédéric concernant la question de l'utilité des réseaux. Je vous conseille de lire l'article de Pierre Lindenbaum dans le dernier numéro de Docteurs&Co (n°25, mars 2010). Il parle pile de çà.
http://www.abg.asso.fr/display.php?id=5559
L'animatrice de ce blog

Evelyne Jardin a dit…

Pour le message posté le 4 mars: je conseille de contacter Mme Lang pour entrer dans la formation AvanThèse
thao.lang[at]abg.asso.fr

Anonyme a dit…

ingenieur en informatique telecommunications, pour le plaisir et la science pour la science (esprit naif ;o) etudiant), jai fais une these en bioingenierie. Et actuellement jai beaucoup du mal a trouver d'emploi dans lenseignement ou dans le prive.

Je confirme la personne qui a dit faut pas faire une these pour le plaisir mais voir les debouches.
Et jai le sentiment que jai perdu des annees en vain et je regrette fortement les WEs passes au labo .........

Actuellement, je cherche a me convertir et c'est ainsi je profite pour demander est ce un master pro telecom ou une these en telecoms pourrait me donner espoir pour avoir un avenir professionnel?

Merci

Anonyme a dit…

Bonjour, je suis actuellement en école d'ingénieur agro et durant les quelques stage en recherche que j'ai pu effectué j'ai eu l'occasion de rencontrer des docteurs français à l'étranger. Ils tenaient tous le même discours: Le diplôme d'ingénieur n'est pas mieux considéré qu'un master à l'étranger. Par contre la thèse est bien reconnue et donne accès à beaucoup plus de postes notamment en recherche (toujours à l'étranger). Je pense que l'on peut tirer les conclusions suivantes: Si l'on veut rester en France, s'arrêter au diplôme d'ingénieur, se faire embaucher par une grosse boite et essayer d'évoluer en interne. Ne pas faire de doctorat sauf si on veut enseigner. A l'étranger: Faire une thèse et ne surtout pas s'arrêter au diplôme d'ingénieur qui ne sera considéré que comme un master. Voici mon point de vue. Souhaitant rester en France une fois diplômé (sauf pour des missions exceptionnelles), je souhaite arrêter après mon diplôme d'ingénieur.

Anonyme a dit…

Bonjour à tous,
Je suis élève ingénieur et j'envisage de m'orienter vers une thèse CIFRE en entreprise à la fin de mon cursus
Je suis un peu alarmé par les commentaires de ce blog posté par des personnes ayant des difficultés à trouver un emploi correspondant à leur domaine/niveau d'expertise (ou même à trouver un emploi tout court!)
Cependant il me semble que la possibilité ou non de trouver un emploi en R&D à l'issue d'une thèse dépendant beaucoup de certains facteurs:

- quelle école avant la thèse ?
- thèse académique ou en entreprise ?
- un sujet très pointu ou suffisamment transverse ?
- un directeur de thèse impliqué ou non ?
- sujet "appliqué" ou "fondamental"

J'imagine, et je compte sur les personne ayant réagi sur ce blog pour me conseiller, qu'un élève d'une école "côtée" choisissant un sujet ayant des liens forts avec le monde industriel, dans le cadre d'une thèse CIFRE avec un directeur de thèse disponible, ne peut qu'augmenter ses chances d'occuper des postes à responsabilité en R&D industrielle.

Suis-je dans le vrai ou non ?
merci d'avance à tous pour vos réponses

Anonyme a dit…

Bonjour,

j'ai fais une école d'ingé (INSA Lyon) en Génie Industriel. En dernière année d'école, j'ai fait en double diplome le master recherche.
Malgré que le domaine n'est pas propice à la recherche (à la différence des matériaux, l'informatique...), j'ai eu l'occasion de faire une thèse CIFRE dans une grande boite industrielle francaise.

A la fin de mon contrat de thèse, j'ai réussi à me faire embauché dans l'entreprise de ma thèse (comme c'est souvent le cas) pour un poste qui a pas grand chose à voir et à un salaire qui rattrape la progression normale d'un ingénieur de mon école... mais je ne rattraperai vraisemblablement pas le manque à gagner du fait du plateau de salaire durant la CIFRE (où je n'était pas à plaindre par rapport aux allocataires de bourse, mais là je me compare à des camarades de promo ingénieurs).

A noter que la RH qui m'a recruté m'a explicitement dit que l'expérience CIFRE l'intéressant car je connaissais la boîte (et pas du tout l'aspect technique...).

Avec un peu de recul, je pense que:
-faire une thèse en labo c'est valable si on veut devenir prof d'université(= enseignant-chercheur)... ce n'est donc pas comparable avec une vocation d'ingénieur.
-faire une thèse pour travailler comme ingénieur en France c'est une perte de temps... mieux vaut faire un complément de formation en école de commerce/IAE c'est bien mieux valorisable
-surement qu'à l'étranger cela se valorise mieux (mais j'ai pas de retex sur ca)
-si on veut rester en France dans la recherche privée, c'est à chacun de voir l'expérience et les compétences qu'apporte la thèse en faisant attention de ne pas être expert dans un domaine qui ne valorise pas bien !(intérêt des CIFRE...)

Vivement l'économie de la connaissance :)

Evelyne a dit…

Bonjour,
Merci pour votre dernier témoignage. Si on lit les analyses pénétrantes de P. Veltz [http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Veltz], on comprend pourquoi les études de commerce sont globalement plus valorisées que les études d'ingénieur/chercheur à l'heure actuelle [http://veltz.fr/pierre_veltz/pierre_veltz_livres.html].

Anonyme a dit…

D'après ce que je comprends, les docteurs-ingénieurs ne trouvent pas de travail en France, parce que ces derniers cherchent souvent à faire de la R&D, qui n'est pas très développée en France.

Mais pourquoi ne pas accepter un travail d'ingénieur classique? Ou bien est-ce l'entreprise qui se sent obligée de payer plus à cause du doctorat et qui du coup ne souhaite pas embaucher?

Anonyme a dit…

J'aurais deux réactions.


Lorsqu'il y a des services de R&D dans l'industrie française, ils embauchent soit des ingénieurs issus de quelques écoles bien particulières (ParisTech principalement évidemment) même si ceux-là ne sont pas intéressés par la R&D mais uniquement par la porte d'entrée dans un grand groupe, soit des prestataires de services. Ces fameuses sociétés de prestations, parfois très spécialisées, embauchent elles des ingénieurs, masters et docteurs avec très peu de différences de salaire et surtout ne peuvent pas proposer d'évolution de carrière acceptable: vous ferez toujours du boulot d'ingénieur de recherche dans un grand groupe mais n'évoluerez pas (pas de possibilité d'encadrer d'autres ingénieurs/chercheurs au bout de trois ans...) et on vous confiera le même boulot que vous soyez débutant ou docteur... Le pire dans tout ça c'est que la plupart des chefs de départements R&D de l'industrie sont docteurs voire HDR et que c'est aussi pour ça que se lancer dans une thèse ne parait pas absurde au début. Mais, une fois dans la place, ils n'ont plus aucune considération pour les docteurs et en viendrait même à dire "tu voulais pas bosser à la fin de l'école d'ingé c'est ça hein ^^" Merci l'hypocrisie !


Par ailleurs, pour tout ceux qui disent "à l'étranger un diplôme d'ingé ne vaut pas mieux qu'un master", j'imagine que vous n'avez jamais fait d'étude à l'étranger car l'université à l'étranger n'est pas l'université française et ceux qui sont arrivés jusqu'au Master, ils ont autant de mérite, de compétences et qualifications qu'un ingénieur français !!! (oui oui, eux aussi ils font des projets en groupes, des stages, des cours de com', économie, gestion de projet tout ça, voire même travaillent en parallèle en tant que technicien ou ingénieur et obtiennent leur diplôme en 6 ou 7 ans grâce au système de crédits, bien moins figé que nos "années scolaires d'études" à la française). Bref, travailler à l'étranger en valorisant un diplôme d'ingé par le niveau Master, localement c'est loin d'être la honte ^^!


En tout cas, bon courage à tous, pour l'instant quitter une boite de presta occupe mon quotidien, avec l'espérance qu'un jour, en France, on sera fier des docteurs !

Anonyme a dit…

Bonsoir,

J'aurais une question concernant le salaire des docteurs en France pour les ingénieurs...

En fait on propose a mon chéri de faire une thèse et son responsable lui a dit que le salaire serait de 104k par an... :S Il a demandé deux fois et celui-ci a confirmé...
Alors serait-il si mauvais mathématicien que celà (ce que nous pensons) ou est ce que c'est possible ?

Merci d'avance :)

clarinha a dit…

Docteur-ingénieur en biotechnologies, j'ai eu la chance de décrocher un CDI (le grââl) juste à la fin de ma thèse. Quelle chance me direz-vous ! Oui mais voilà : pas de perspectives d'évolution, pas de perspectives de mobilité, un salaire pas à la hauteur des concessions personnelles à faire comme traverser la france tous les WE !!
Je pense malgré tout que la thèse est une bonne expérience à condition de la faire dans un domaine porteur, dans un bon labo et de rester très ouvert aux opportunités en entreprise. Comme déjà dit plus tôt... je pense que le problème c'est de faire de la bio :-)

Anonyme a dit…

Docteur en biologie+ post doc, ça fait bientôt 2 ans que je suis au chômage, pôle emploi m'envoie même un compte rendu d’une entrevue qui n’a même pas eu lieu avec moi. Sincèrement, je suis aux bords de la dépression, je ne sais juste pas quoi faire, des fois je me dis je ne sers à rien.
Au cours de ma thèse j’ai formé des BTS en bio, ils sont tous en CDI, j’ai même honte de répondre à leur mail quand ils demandent de mes nouvelles.
Je ne sais pas si mes origines maghrébine ont qq chose à voir du fait que je ne trouve pas un emploie. Moi je pense qu’une thèse en bio c’est juste de la merde.

Tarif assurance a dit…

La formation d'ingénieur apporte des connaissances très générales et la thèse est surtout une spécialisation qui est très importante.
Un ingénieur simple ne sera jamais comme un ingénieur avec un doctorat.

Anonyme a dit…

J'ai fait une thèse CIFRE math-info dans une grande entreprise et une université bien prestigieuse. Maintenant vers la fin de ma thèse, j'ai cherché du boulot dans mon domaine de recherche il y a quatre mois, pas beaucoup de réponse adaptée à mon niveau. La perspective est très sombre en comparaison avec le moment où j'ai eu mon diplôme d'ingé.

Ingénieur-docteur est d'abord considéré comme docteur plus qu'ingénieur. Et avec plusieurs boîtes, quand on voit Ph.D., on me proposait éventuellement un contrat post-doc au lieu de CDI...

J'ai bien regreté mon choix de faire une thèse aujourd'hui.

Sara a dit…

Bonjour vous pouvez aussi voir sur http://abonnement-magazine.info/culture/science/comptes-rendus-biologies.html vous allez trouvez un comparateur direct .

Anonyme a dit…

Bonjour je suis chef d'entreprise à PARIS
nous recrutons pour un projet web
un docteur en mathématique (orienté web algorithmes)
un docteur intelligence artificiel sémantique
si vous êtes concerné ou si vous connaissez des amis
Jean marc mauchien jmmauchien@epidote.be
cordialement

Anonyme a dit…

RECHERCHE URGENT PERSONNE SÉRIEUSE POUR TRAVAILLER
Nous sommes à la recherche des personnes sérieuses et autonomes pour la collecte des loyers, auprès de nos locataires pendant notre absence. Toute personne dans le besoin de se faire un peu d’économie afin de financer ces études ou projets, ce travail est donc une occasion pour vous à saisir, car pour accomplir ce travail, vous n'avez besoin ni de diplôme, ni d’expérience professionnel, ni vous déplacer ni être véhiculé, il s'agit d'un travail technique a distance;1200€ le mois.
Pour plus de renseignement veuillez nous adresser un mail: jennyjonathan33@hotmail.com