13/12/2008

Enfumee

video
Taipei, le 13 decembre 2008
J'ai cru debarquer dans un concert rock vu l'epais nuage de fumee qui flottait dans l'atmostphere mais non, non, non, me voila arrivee en pleine ceremonie bouddhiste au temple Longshan.
C'est la fumee d'encens qui envahit le temple et les alentours. Il faut dire que tous les fideles tiennent des batons qu'ils portent a leur front pour prier en suivant un cheminement bien precis.
Lorsque je penetre dans le temple, les pratiquants sont en procession, ils deambulent en chantant une litanie scandee par des tambours invisibles. A la tete de la file qui avance lentement, des moines avec leurs vetements gris pale.
A l'interieur de l'enceinte, des tables sont disposees pour recueillir les offrandes. Elles sont recouvertes de boissons et de victuailles de toutes les couleurs posees sur des assiettes en plastique. Les pratiquants viennent en ballet les deposer, les sortant de sacs aussi en plastique colore.
Je leve le regard. Encore une explosion de couleurs. Des dragons multicolores crachant le feu sur les bords des toits recourbes, me surveillent. Leurs attitudes sont splendides, fieres et joyeuses. Je pense au dragon blanc du voyage de Chihiro.
Je monte quelques marches pour me rapprocher des divinites en jouant des coudes, et je me poste pour observer quelque temps les rituels. Une enorme soupiere avec un couvercle ouvert crache une epaisse fumee : elle est remplie de batons d'encens. Les gens prient et piquent 3 batons. Des jeunes etudiantes font tournoyer leur bulletin scolaire sur les batons piques, un honorable monsieur agite meme son portefeuille juste au-dessus !!!
Les gongs des tambours retentissent comme des metronomes. Je commence a laisser mon esprit vagabonder, mais mes yeux me ramenent a la raison. La fumee les irritent. Alors, je decide de faire le tour du temple, empli de monde ce samedi apres midi. La couleur or et rouge domine dans les autels devant les divinites. C'est tres gai par rapport a l'austerite de nos eglises. Et pour toutes ces victuailles qui rutilent sur des treteaux, combien de peches de gourmandise !!!
Tout a coup, mon regard se pose sur une vieille dame. Elle porte des gros ecouteurs visses sur les oreilles. Elle se dandine, abandonnee a son monde interieur et elle chante doucement. On la contourne sans vraiment la voir. Elle est la et elle semble de pas exister aux yeux des autres pratiquants. Les tambours cessent de retentir, la ceremonie prend fin. La vieille dame poursuit sa vie, seule parmi la foule.

Aucun commentaire: